LA MEDAILLE D’OR 2022 DE L’ACADEMIE D’ARCHITECTURE

Place des Vosges à Paris, l’iconique Académie d’Architecture a remis, le 7 septembre, ses Prix et récompenses 2002 qui honorent à la fois des architectes et des artisans d’arts.

En présence de la ministre de la Culture Rima Abdul-Malak et du jury présidé Christiane Schmuckle-Mollard, 40 heureux lauréats se sont vus récompenser pour l’exceptionnel, la conception unique et l’originalité de leurs œuvres et ouvrages.

Un prix destiné à célébrer celles et ceux qui font briller l’architecture, l’urbanisme et leur enseignement

Pôle multiculturel par Dominique Coulon à Isbergues - Académie d'architecture- Kansei TV
Pôle multiculturel par Dominique Coulon à Isbergues©David Romero-Uzeda

LA GRANDE MEDAILLE D’OR DE L’ACADEMIE DE L’ARCHITECTURE POUR DOMINIQUE COULON

La Grande Médaille d’Or du prix de l’Académie de l’architecture, est revenu à l’architecte strasbourgeois Dominique Coulon pour la réalisation du Pôle culturel d’Isbergues dans la région Nord-Pas-de-Calais, une architecture assurant le lien entre nature et culture.

Palme d'or 2022 l'académie d'architecture ©Dominique Coulon
©Dominique Coulon

Dominique Coulon, qui deux ans après l’obtention de son diplôme en 1989, se voyait déjà encensé en devenant lauréat de la Villa Médicis Hors les Murs. Un architecte qui revendique être en permanence en quête de la « poésie des lieux et de l’espace ».

La preuve une fois de plus avec le Pôle culturel d’Isbergues, ouvrage remarquable où la perfection des détails abonde. Ce bâtiment, à la fois salle de spectacles et médiathèque, se distingue d’emblée par sa façade revêtue de panneaux inox déclinés dans des finitions satinées, miroir et mates.

Le choix architectural de Dominique Coulon joue avec la lumière et les rayons du soleil, qui en fonction de la journée génèrent un effet chromatique et lumineux variable.

A certains moments, ce Pôle culturel se noie dans le ciel, à d’autres il devient d’une luminosité flamboyante.

Un Pôle d’apparence complexe d’une belle simplicité in fine, avec son axe longitudinal traversant le volume pour relier la ville au parc adjacent et faciliter l’orientation pour les visiteurs.

Patrick Rubin, Médaille d'Honneur 2022 - l'Académie d'architecture
Portrait of Patrick Rubin Photo © Julien Falsimagne/Leextra.

Lors de cette cérémonie tant attendue, l’architecte Patrick Rubin s’est vu remettre la Médaille d’Honneur de l’Académie de l’architecture pour la somme de ses ouvrages, et notamment sa vision pointue et avisée de la reconversion des bâtiments.

Architecte visionnaire et engagé de l’agence Canal Architecture située dans le Marais à Paris, fondée en 1982 avec son frère Daniel, Patrick Rubin se positionne comme le spécialiste de la métamorphose d’anciens parkings et autres objets brutalistes en choses douces et habitables.

Un personnage reconnu notamment pour l’ancienne chocolaterie Poulain de Blois, qu’il a reconvertie en 2007 en Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage.

l'Académie d'architecture
L’ancienne chocolaterie Poulain de Bois reconvertie en 2007 par Patrick Rubin en Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage.

Super-Cayrou : prix public du Prix Architecture Occitanie 2021

Super Cayrou Kansei TV
© Cyrus Cornut.

Clôturant le palmarès du Prix Architecture Occitanie 2021 dévoilé en novembre dernier, le Prix du public vient d’être décerné. Le lauréat est le projet Super-Cayrou élu avec presque la moitié des voix. Cette œuvre d’art-refuge en pierres sèches réalisée par Encore Heureux Architectes a su séduire le public par son approche singulière. Super-Cayrou est en effet une aventure au long cours inscrite dans le parcours artistique à ciel ouvert Fenêtres sur le paysage dont l’ambition est de révéler les chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Depuis 2016, une collection d’œuvres d’art-refuge pérennes rythme ainsi le GR 65 et accueille randonneurs et habitants. Tous ces abris ont un point commun. Ils sont créés à partir de matériaux et de savoir-faire du territoire avec une attention particulière portée au paysage et aux valeurs associées à la transition écologique. 

Super-Cayrou ou l’éloge de la tradition locale

Patiemment édifié à Gréalou, sur les causses du Quercy dans le Lot, Super-Cayrou s’inspire ainsi de la tradition locale. Résultat de l’épierrage des champs et des multiples activités agraires, cayrou désigne les tas de cailloux qui parsèment le paysage. Le chantier du refuge a fait appel au savoir-faire traditionnel des lauziers. Extraites dans la microcarrière de Grèzes, il a fallu trier les lauzes plates pour la toiture et choisir des pierres à bâtir. Empilées soigneusement, pierre après pierre et sans mortier, la construction n’existe que par la main et l’œil avisé des bâtisseurs. 

À propos d’Encore Heureux Architectes

Collectif d’architectes fondé en 2001 par Julien Choppin et Nicola Delon, Encore Heureux revendique une pratique généraliste pour concevoir des bâtiments, des installations, des jeux ou des expositions… En 2016, Sébastien Eymard devient le troisième associé d’Encore Heureux, suivi en 2019 de Sonia Vu. L’équipe s’est agrandie au fil des ans et rassemble aujourd’hui près de vingt-cinq concepteurs d’horizons variés, à la fois architectes, commissaires d’exposition, designers, cinéastes… 

Inspiré autant par le monde de l’art contemporain que par l’architecture, le collectif multiplie les projets en France comme à l’international. Sa démarche place au cœur de ses réflexions et de ses réalisations les questions d’usage, de confort et d’adaptation aux enjeux écologiques liés à notre modernité́. Pour Super-Cayrou, Encore Heureux Architectes a fait le choix de s’associer à l’artiste et constructeur Pieter Dijkstra, et à des bâtisseurs pierre sèche vivant sur les causses du Lot. 

Diébédo Francis Kéré reçoit le Prix Pritzker 2022

kere Pritzker 2022 Kansei TV
Diébédo Francis Kéré, lauréat du Prix Pritzker 2022. © Iwan Baan. 

Succédant aux architectes français Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, le Prix Pritzker 2022 vient d’être décerné à Diébédo Francis Kéré. Né au Burkina Faso et établi à Berlin depuis 2005, l’architecte est connu pour être un pionnier du développement durable. Privilégiant des matériaux locaux pour une utilisation raisonnée, en particulier la terre crue mais aussi le bois ou la pierre, Diébédo Francis Kéré est un précurseur des enjeux d’une architecture responsable. 

« Même les plus dépourvus ont droit au confort et à la beauté. »

Diébédo Francis Kéré

Là où les ressources sont extrêmement rares, le jury du Prix Pritzker 2022 a été particulièrement sensible à « la beauté, la modestie, l’audace et l’invention » de ses constructions. « Par l’intégrité de son architecture et de son geste, Diébédo Francis Kéré défend avec grâce la mission de ce prix. Cet architecte améliore la vie d’innombrables citoyens dans une région du monde parfois oubliée. »

Un architecte au service des populations

Burkina Faso, mais aussi Mali, Togo, Kenya, Mozambique, République du Bénin, Soudan… Nombre des réalisations du 51e lauréat du Prix Pritzker sont en effet situées en Afrique. Natif du petit village de Gando (Burkina Faso), Diébédo Francis Kéré y consacre ses premiers projets. Une école – la première du village – puis des logements pour les enseignants, une bibliothèque, un centre pour les femmes, un lycée… Le succès de l’école primaire de Gando lui vaut le prix Aga Khan d’architecture en 2004. Cette récompense sera le déclencheur de la création de son agence, Kéré Architecture, à Berlin en 2005. 

Suivront d’autres établissements primaires, secondaires, postsecondaires et médicaux. En Afrique mais aussi en Europe et aux États-Unis. Ses réalisations couvrent aujourd’hui un large éventail de projets. De l’infrastructure civique aux installations temporaires, comme la Serpentine Gallery en 2017 à Londres ou le pavillon Sarbalé Ke en Californie en 2019. 

Diébédo Francis Kéré avait également reçu en 2021 le prix Robert Matthew pour les environnements humains durables décerné par l’Union internationale des architectes.

Anne-Françoise Jumeau, lauréate du Prix femme architecte 2021

Anne-Françoise Jumeau, lauréate du Prix femme architecte 2021, Kansei TV
Anne-Françoise Jumeau, Femme architecte 2021. © Sergio Grazia. 

Les lauréates du Prix femmes architectes 2021 ont été dévoilées le 6 décembre depuis le Pavillon de l’Arsenal, à Paris. Succédant à sa consœur Florence LipskyAnne-Françoise Jumeau, fondatrice de l’agence AFJA, a reçu le Prix femme architecte 2021. Cette distinction qui récompense l’œuvre de femmes architectes est décernée tous les ans depuis 2013 par l’Association pour la recherche sur la ville et l’habitat. L’ARVHA entend ainsi encourager la parité dans une profession encore à forte dominante masculine. Pour cette 9e édition, l’association a reçu près de 500 candidatures et examiné plus de 1 500 projets. Anne-Françoise Jumeau avait quant à elle choisi de présenter au jury cinq projets. 

Cinq projets majeurs récompensés

Biopôle, espace d’entreprises scientifiques à Rennes (35)

« Le parti retenu, autant dans l’implantation urbaine que dans l’expression architecturale, consiste en un vaste quadrilatère autour d’une cour intérieure formant un atrium. Bien orienté, cet espace est à la fois le lieu d’accès, de détente et d’ouverture du projet sur les espaces d’accueil. Un vaste escalier en partie végétalisé le relie au niveau RDC et au parking. Ce patio est l’espace identitaire de référence du projet. À l’extérieur, la façade est revêtue d’une enceinte architecturale protectrice et filtrante. Des montants sinusoïdaux forment une peau sensible, épaisse et brise-soleil. La superposition de la trame de lames sinusoïdales en décalage avec celle des montants verticaux des coursives fabrique un effet de moirage dynamique. »

Résidence sociale Lorraine à Paris (XIXe)

Pour cette résidence sociale de 173 studios, l’agence AFJA a proposé de « conserver une partie des constructions existantes constituées de deux bâtiments parallélépipédiques en retrait des rues, construits en 1978 par Anthony Bechu architecte. La parcelle est densifiée tout en préservant une cour partagée et dédiée à la résidence. La composition des façades est liée au grand nombre de baies (plus de 350) et au souhait d’éviter l’effet de répétition depuis la rue. Un cadre type a été créé afin de recevoir, soit une baie vitrée, soit un panneau plein. Trois profils extrudés de terre cuite ont ainsi été créés avec pour chacun des angles de surface différents. Avec la mise au point d’un émail irisé, ces trois profils deviennent des surfaces de diffraction de la lumière pour le projet. La volonté était de créer une façade “atmosphérique” qui renvoie tant les reflets du ciel que de son environnement. »

CRBC, Centre de Recherche BioClinique à Clermont-Ferrand (63) 

Autre projet présenté par Anne-Françoise Jumeau : le bâtiment du Centre de Recherche BioClinique, au sein du CHU de Clermond-Ferrand. « L’image du bâtiment est totalement remaniée par de nouvelles façades. Les parties pleines et les parties vitrées sont constituées à partir d’éléments modulaires déclinés en taille et en coloris. Différents éléments de terre cuite émaillé noir irisé se combinent ; les menuiseries en aluminium anodisé sont composées de trois nuances dorées (or, bronze et champagne). Les parements et les menuiseries s’inscrivent dans la trame générale du projet. Modulaire, mais non répétitif, le dessin des façades est à la fois rigoureux et rythmé, homogène et non-uniforme. Les matériaux employés sont brillants et réfléchissants, sensibles aux variations de lumière. Ainsi la perception des façades change selon l’heure de la journée, le temps, la couleur du ciel… Le bâtiment interagit avec son environnement. »

Crèche 30 berceaux à Paris (XVe)

Ce quatrième projet s’inscrit dans le cadre de l’opération Grenelle-Frémicourt qui comprend la construction d’un immeuble de 54 logements sociaux rue Frémicourt et la construction d’un immeuble de 36 logements en accession boulevard de Grenelle. « Le bâtiment est implanté dans la cour intérieure sur le passage qui longe à l’ouest le site de l’opération. Les façades sur passage et sur jardin reçoivent une protection mécanique en bardeaux de céramique vernissée colorée. Cette vêture minérale se retourne partiellement en toiture. Au droit des baies, des pare-soleils également en terre cuite émaillée assurent une protection solaire. Les espaces extérieurs sont plantés et délimités par une clôture doublée d’une haie arbustive. Une aire de jeu ponctuellement recouverte d’un auvent reprenant les mêmes éléments qu’en façade est prévu le long du bâtiment. »

Atrium, bâtiment d’enseignement licence de l’UPMC Paris 6 

« Le bâtiment 16M conserve le système constructif existant en proposant une relation fluide entre la dalle Jussieu et l’esplanade du quai Saint-Bernard par un dispositif topographique : un “origami architectural”. Une enveloppe unificatrice de huit panneaux micro perforés en tôle d’aluminium, composés aléatoirement en fonction de l’orientation et des différents espaces intérieurs, forme une peau sensible, épaisse et brise-soleil. Derrière cette façade ajourée, se développe dans toute la hauteur du bâtiment un spectaculaire atrium central couvert desservant l’ensemble de salles de cours ou laboratoires. Depuis l’intérieur des salles, l’effet de filtre de la façade procure une vision très nette de l’extérieur tout en offrant un voile de protection visuelle et solaire. De grandes fenêtres urbaines à l’échelle du bâtiment permettent, par endroit, de dévoiler sa profondeur et de découvrir un patio loggia creusé dans son épaisseur jusqu’à l’atrium central. »

Trois autres prix et deux mentions spéciales décernés

Dans la catégorie Jeune femme architecte, qui récompense une professionnelle de moins de 40 ans, le prix a été attribué à Éléonore Morand (Depeyre Morand Architectures). Marion Tribolet (TKMT Architectes) a pour sa part reçu une mention spéciale Jeune femme architecte 2021. Le prix Œuvre originale est quant à lui décerné à Sara Martin Camara pour le Théâtre de la nouvelle comédie à Genève. Une mention spéciale a également été accordée à Béatrice Mouton pour son projet de Salle d’audience des procès sécurisés au Palais de justice de Paris. Enfin, le Prix international revient cette année à Farshid Moussavi (Angleterre), de Farshid Moussavi Architecture. 

Palmarès Architecture Aluminium Technal 2021 : l’Occitanie au rendez-vous

Le Palmarès Architecture Aluminium Technal 2021 a rendu son verdict le 2 décembre. Pour la première fois depuis son lancement en 2002, le concours s’est exceptionnellement déroulé sur deux ans. Parmi les 180 candidatures de cette 19e édition, le jury, présidé par Jean-Christophe Masnada (Atelier d’architecture King Kong), a récompensé douze lauréats. Huit prix et quatre mentions valorisant des réalisations exemplaires ont ainsi été décernés. Nés de la collaboration entre un architecte, un maître d’ouvrage et un professionnel des menuiseries et façades Technal, ces programmes mettent en lumière la noblesse, la durabilité et l’esthétisme de l’aluminium. Tous les lauréats participeront ainsi au concours international Technal Wata 2022 (World Architecture Technal Awards) et s’envoleront dans quelques mois pour un voyage architectural aux Émirats Arabes Unis. 

Quatre réalisations récompensées en Occitanie

Prix Étudier et découvrir

Espace jeunesse Guy Môquet à Cabestany (66)

OECO Architectes (31)

Fabricant installateur SPM (66)

L’espace jeunesse Guy Môquet, à Cabestany (66), est un équipement mixte de 1 700 m². Il regroupe un centre de loisirs, une salle de danse et de l’hébergement collectif dédié entre autres à l’accueil d’associations ou d’artistes en résidence. Reconnaissable par ses multiples facettes en béton, cette « roche stylisée » structurale et monolithique est désormais le nouveau signal de cette entrée de ville. L’agence OECO Architectes a fait le choix des menuiseries aluminium Technal pour leur finesse des masses vues qui s’effacent au profit du béton de l’enveloppe. Leur aspect aluminium naturel anodisé s’associe en effet délicatement à la teinte du béton beige et à la sous-face en bois. Des matériaux bruts, robustes et pérennes. 

Le jury a notamment récompensé cette réalisation pour « le travail réalisé sur les volumes et la matière, le rapport à l’environnement et la qualité d’usage qui dépassent la stricte lecture du programme ».

Retrouvez ce projet présenté par les architectes de l’agence OECO dans le portrait réalisé par Kansei TV.

Prix Réhabiliter XXL

La Cité de Toulouse (31). 

Taillandier Architectes Associés, Pierre-Yves Caillault, Architecte des Monuments historiques (31)

Aluminier agréé Technal Labastère (31)

La Cité à Toulouse est le fruit de la reconversion des anciennes Halles Latécoère en un lieu désormais dédié à l’innovation collaborative et durable. Cette réhabilitation de 14 000 m2, orchestrée par l’agence Taillandier Architectes Associés en collaboration avec Pierre-Yves Caillault, architecte des Monuments historiques, renoue avec l’esprit originel du lieu. Trois nefs contigües, d’une longueur totale de 120 m sur 25 m de portée, composent ces halles. Réinterprétation contemporaine des anciennes façades, la nouvelle enveloppe de l’édifice se pare de 2 400 m2 de murs-rideaux en aluminium, conjugués à des lames en aluminium, dont 2 000 m2 de brise-soleil qui contrôlent le rayonnement solaire. 

Le jury a distingué d’une façon générale « l’architecture au service d’un programme innovant dans une halle chargée d’histoire dont le projet en révèle une nouvelle lecture joyeuse et vivante ».

A découvrir également sur Kansei TV, la présentation du projet par Pierre-Louis Taillandier.

Mention Réhabiliter XXL

Écolodge Almières, Saint-Rome-de-Dolan (48) 

Cabinet Richard Architecte (34)

Aluminier agréé Technal Ets Canac Menuiseries et Serrureries (48)

Autre coup de cœur du jury du Palmarès Architecture Aluminium Technal 2021, cette réhabilitation d’une ancienne ferme caussenarde en Écolodge. Située sur la commune du Massegros, en Lozère, cette restauration du cabinet Richard Architecte a porté sur 1 000 m2 de bâtis centenaires. Un projet qui a su entre autres respecter la tradition locale en préservant le caractère du lieu, notamment les toits de lauze et les murs de pierres sèches. L’apport de lumière naturelle est obtenu grâce à l’intégration d’une verrière deux pentes en aluminium qui se substitue à une partie du toit. Elle se conjugue à des murs-rideaux et des baies coulissantes afin d’obtenir un ensemble ultra contemporain totalement transparent.

Le jury a notamment été sensible à un projet où « l’architecture contemporaine se love dans un territoire rural avec brio et discrétion ».

Prix Travailler

Mairie et siège de la communauté de communes de Pechbonnieu (31)

Benjamin Van Den Bulcke Architectes Associés (31)

Fabricant installateur SMAP (31)

Le prix Travailler a été attribué au projet de réhabilitation et d’extension de la mairie de Pechbonnieu, au nord de Toulouse. L’enjeu de l’atelier d’architecture Benjamin Van den Bulcke Architectes Associés était d’imaginer un ouvrage traversant qui compose non seulement avec la place du village mais aussi avec le nouveau quartier développé récemment au Nord. Les menuiseries Technal jouent à ce titre un rôle majeur dans cette recherche d’ouverture traversante. À la découverte des horizons, elles cadrent en effet des points de vue spécifiques : la place, les coteaux, les jardins, le nouveau quartier au Nord ou encore le clocher de l’église classé.

Le jury a entre autres valorisé ici « un geste architectural fort qui instaure un dialogue entre le patrimoine existant et le bâtiment neuf. L’organisation spatiale du projet qui libère la parcelle pour offrir une relation très qualitative aux espaces extérieurs. »

Découvrez également  ICI les lauréats des autres catégories du Palmarès Architecture Aluminium Technal 2021. 

Prix Architecture Occitanie 2021 : découvrez les lauréats

Le Prix Architecture Occitanie 2021 a été décerné le 25 novembre à l’occasion des Rendez-vous de l’architecture d’Hiver à Toulouse. Pour cette 11e édition, une centaine de candidats avaient répondu à l’appel. Parmi eux, le jury a choisi de distinguer quatre projets marqués par leur caractère modeste mais révélant « quatre attitudes, quatre manières de produire des architectures censées, porteuses de sens durable ». L’occasion une nouvelle fois de promouvoir et de récompenser la création architecturale contemporaine de qualité et la diversité des projets construits en région Occitanie. L’objectif de ce prix, organisé tous les deux ans par la Maison de l’Architecture Occitanie-Pyrénées avec la Maison de l’Architecture Occitanie-Méditerranée et le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes. 

Les quatre lauréats au palmarès du Prix Architecture Occitanie 2021

Super-Cayrou – Encore Heureux Architectes 

Le projet Super-Cayrou, par Encore Heureux Architectes, est une œuvre d’art refuge en pierres sèches érigée dans le parc naturel régional des Causses du Quercy. Il fait référence au nom occitan de ces tas de cailloux qui égrènent le paysage. Malgré́ la petite dimension de la réalisation, Super-Cayrou est une réinterprétation contemporaine de l’architecture vernaculaire. Mi-tente, mi-refuge, le projet synthétise en effet de nombreuses vertus architecturales. La mise en œuvre de matériaux bruts et locaux sublimés par les savoir-faire artisanaux, l’architecture durable respectueuse de l’environnement ou encore l’architecture réversible et transformable. Super-Cayrou fait ainsi appel à la sensibilité́ de chacun et représente une autre facette de l’architecture contemporaine, humble et intègre. 

Maison M26 – Bast

Au palmarès également, la maison M26, par l’agence Bast, est un projet de réhabilitation et d’extension de deux anciennes maisons de faubourg à Toulouse pour former une habitation familiale. Le projet met en exergue l’échelle domestique et les moyens mis en œuvre pour les mettre en relation. La maison en mâchefer a ainsi été évidée pour recevoir le volume de jour. La maison en briques est quant à elle dédiée aux pièces de nuit. Les deux maisons sont désormais reliées par une extension vitrée sur le jardin. Une réalisation atypique qui met en avant le travail des matériaux et la transparence.

Maison M108 – Taquin – FMAU et Trames architectes 

Un autre projet toulousain est lauréat du Prix Architecture Occitanie 2021. Il s’agit ici de la rénovation d’une maison individuelle réalisée en deux temps… Et par deux agences d’architecture : FMAU en 2016 et Trames en 2020. La maison Taquin est à ce titre un défi économique et programmatique qui remet avant tout en question la notion d’auteur en architecture. Un travail d’orfèvrerie, témoin d’une époque, qui a permis de déplacer et d’ajuster chaque pièce de la maison en fonction de l’évolution des besoins de ses occupants. 

Centre d’activités d’Asprières – CoCo Architecture et Hugues Tournier architecte 

Enfin, quatrième lauréat de ce palmarès 2021, le Centre d’activités d’Asprières, dans l’Aveyron, réalisé par CoCo Architecture et Hugues Tournier architecte. Un programme exemplaire de mixité sociale, générationnelle et institutionnelle réunissant un bureau de poste, une bibliothèque, un espace de coworking, un pôle médical, une cantine et un pôle petite enfance. La conception sous forme de deux halles ouvertes en transparence offre une liberté́ d’aménagement pour les différentes activités et dégage un espace central. Accompagnée d’aménagements extérieurs créant des circulations douces, elle anticipe également le futur, en permettant aux différents lieux de communiquer et aux acteurs qui les animent de travailler ensemble. L’architecture ainsi conçue permet d’envisager tous les possibles, y compris ses propres corrections à l’usage. 

Une exposition à partir du 6 décembre pour le Prix du public

Le Prix Architecture Occitanie 2021 n’est pas pour autant terminé… Vous avez en effet jusqu’au 28 février 2022 pour voter en ligne pour votre projet préféré. Une exposition organisée à la Maison de l’Architecture Occitanie-Pyrénées à partir du 6 décembre présentera par ailleurs l’ensemble des projets en lice pour le Prix du public. L’annonce du lauréat aura lieu en clôture de l’exposition. 

L’Équerre d’argent 2021 consacre la jeune génération

L'école de Neuvecelle en Haute-Savoie remporte l'Equerre d'argent 2021, Kansei TV
Les équipements de services publics à Neuvecelle (Haute-Savoie) conçus par l’Atelier PNG Architecture, associé à l’Atelier Julien Boidot et Emilien Robin architecte, avec les paysagistes de l’Atelier des Cairns, remportent le prix de l’Équerre d’argent 2021. © Clément Guillaume.

Le jury des prix d’architecture du Moniteur et d’AMC, réuni à Paris le 22 novembre, a décerné l’Équerre d’argent 2021 à l’école du village de Neuvecelle, en Haute-Savoie. Sous la présidence de Christian de Portzamparc, il récompense du même coup le talent de la jeune génération : l’Atelier PNG Architecture, associé à l’Atelier Julien Boidot et Emilien Robin architecte, avec les paysagistes de l’Atelier des Cairns

Le projet de cette cité éducative en face du lac Léman a ainsi été salué pour son « intelligence » et son intégration « subtile et pertinente dans le paysage urbain ». Comprenant une école maternelle et primaire, un restaurant, une bibliothèque et un gymnase, « il fait éclater le programme en plusieurs bâtiments pour se fondre avec les petites unités de logements autour, tout en formant un élément central dans le villageL’ensemble est intelligent, modeste, joyeux et partagé. Ce sont les valeurs de l’urbanisme d’aujourd’hui que de savoir réussir les lieux du commun ».

Suite du palmarès de l’Équerre d’argent 2021

Cinq autres lauréats ont également été proclamés lors de la cérémonie de remise des prix de cette 39e édition de l’Équerre d’argent. Sachant que chaque prix récompense à part égale, l’architecte (sans critère de nationalité) et le maître d’ouvrage de la meilleure réalisation de l’année. 

Prix catégorie Habitat : 14 logements locatifs (Paris XIIe)

Maîtrise d’ouvrage : Gecina.

Architectes : Mars Architectes.

Prix catégorie Culture, jeunesse et sport : Bourse de commerce – Musée de la Collection Pinault (Paris IIe)

Maîtrise d’ouvrage : Pinault Collection.

Architectes : NeM (Niney et Marca architectes), Tadao Ando Architect & Associates (TAAA), architecte associé, Agence Pierre-Antoine Gatier (PAG), architecte ACMH.

Prix catégorie Lieux d’activités : poste d’aiguillage à Nantes (44)

Maîtrise d’ouvrage : SNCF Réseau.

Architecte : Titan.

Prix catégorie Espaces publics et paysagers : Jardin, esplanade et parking à la friche de la Belle de Mai à Marseille (13)

Maîtrise d’ouvrage : SCIC Friche de la Belle de Mai.

Architectes : Kristell Filotico Architecte, Atelier Roberta paysagiste associé.

Prix de la Première œuvre 2021 : Ateliers d’artistes et logements à Sergy (01)

Maîtrise d’ouvrage : SCI Bermuda Associés.

Architecte : Atelier ACTM.

Mention spéciale du jury au prix de la Première œuvre 2021 : Espace urbain de distribution et commerce à Paris (XIXe)

Maîtrise d’ouvrage : Sogaris.

Architecte : Syvil Architectures.

© Takuji Shimmura.

Paysage : un prix pour la restauration du parc du château de Buzet

Le projet de restauration du parc du château de Buzet est lauréat du Prix du patrimoine paysager et écologique 2021. Décerné pour la seconde fois par la Fondation Etrillard, ce prix récompense cette année une initiative dont la volonté est d’opérer une réelle transition agroécologique. Autrement dit, un projet respectueux de l’environnement qui place la biodiversité au cœur de ses préoccupations. 

Situé sur la commune de Buzet-sur-Baïse, dans le Lot-et-Garonne, le domaine de Buzet est inscrit aux monuments historiques depuis 1989. Longtemps à l’abandon, il est racheté fin 2018 par la coopérative Les Vignerons de Buzet. Avec l’association Château et fabriques de Buzet, gestionnaire du site, leur intention est de valoriser ce patrimoine auprès du public. Pour y parvenir, plusieurs projets culturelspédagogiques et scientifiques liés à l’agroécologie viticole sont au programme.

La valorisation d’un patrimoine bâti mais aussi vivant

Car au-delà d’un patrimoine bâti – les origines du château de Buzet remontent au Xe siècle –, il s’agit également de protéger un patrimoine vivant. Un parc arboré de onze hectares, ponctué de fabriques architecturales, à la biodiversité foisonnante. On y recense en effet de nombreuses et remarquables espèces végétales. Notamment, des cèdres du Liban, des ormes, des chênes verts et des hêtres pourpres. Le parc du château de Buzet est par ailleurs labellisé Refuge LPO. Il s’engage ainsi à mettre en œuvre les conditions nécessaires pour préserver et accueillir la faune et la flore sauvages.

30 000 euros de dotation pour soutenir la restauration du parc

La dotation de 30 000 euros apportée par la Fondation Etrillard va permettre une mise en œuvre rapide des premiers travaux. Ils concernent neuf espaces du parc avec la volonté de retrouver la lumière, d’ouvrir les différents milieux, de rouvrir des sentiers et des allées…. L’ancien potager poursuivra par ailleurs sa mutation en potager agroécologique. Autre objectif : sécuriser le parc pour offrir un accès au public et favoriser la médiation rapide du site grâce à l’organisation d’animations pédagogiques, d’ateliers dédiés à l’agroforesterie, d’expérimentations scientifiques… 

La Fondation Etrillard poursuit quant à elle sa mission en soutenant des projets novateurs désireux de donner un nouvel élan à la transition écologique. Sur le même sujet, découvrez le projet de réhabilitation des espaces paysagers de l’abbaye de Bonnecombe, à Comps-la-Grand-Ville, dans l’Aveyron. Lauréat 2020 du Prix du patrimoine paysager et écologique. 

Les Rendez-Vous de l’Architecture d’Hiver sont de retour le 25.11. 2021

Rendez-vous de l'architecture d'hiver 2021 à Toulouse, Kansei TV

Organisés depuis 2001 par le Conseil régional de l’Ordre des architectes Occitanie, les prochains Rendez-vous de l’Architecture d’Hiver se tiendront le 25 novembre 2021, à l’Arche Marengo de Toulouse. Architectes, urbanistes, paysagistes, jeunes inscrits, maîtres d’ouvrage et professionnels du bâtiment de la région se réuniront une fois de plus pour une journée de rencontres et d’échanges. Les Rendez-vous de l’Architecture d’Hiver seront cette année consacrés à l’écoconstruction, la conception participative, la construction bas carbone et RE 2020, et également à l’approche sociologique de ces thématiques. 

Une journée rythmée par de nombreux débats

Les Rendez-vous de l’Architecture d’Hiver 2021 seront cette année encore l’occasion de nombreux débats. 

10 h 00 : Regards croisés Architecture et construction responsables 

Avec la participation de Luc Delrieu, consultant AMO RSE, référent Bâtiment Bas Carbone, 100Transitions, des architectes Antoine Carde et Siegrid Péré-Lahaille, (agence Éo Toutes Architectures) et de Michel Retbi, architecte honoraire, président de l’association DpA Occitanie.

11 h 30 : Table ronde 

Dans la continuité des présentations croisées, table ronde animée par Pierre Fernandez, directeur de l’Ensa Toulouse.

14 h 30 Conférence Un bâtiment écoresponsable, en harmonie avec son environnement 

Présentation du nouveau bâtiment dédié à l’enseignement Génie civil et Construction durable de l’IUT de Tarbes par les architectes Matthieu Fucks (Mil Lieux Architecture) et Bruno Garguillo (Garguillo Palmade Architectes). 

15 h 15 : Conférence Répondre aux usages avec une empreinte architecturale forte 

Présentation du projet Lumin’Toulouse par l’architecte Éric Lapierre (Agence Elex).

Remise des prix du Prix Architecture Occitanie 2021

Les lauréats du Prix Architecture Occitanie 2021 seront d’autre part dévoilés à 17 h 30 par Christian Combes, président de l’Ordre des architectes Occitanie, Pierre-Luc Morel, président de la Maison de l’architecture Occitanie-Pyrénées et Nathalie Portal, présidente de la Maison de l’architecture Occitanie-Méditerranée. Récompensant des bâtiments conçus en région Occitanie et/ou réalisés par des architectes inscrits en région Occitanie, le Prix Architecture Occitanie est organisé tous les deux ans par la Maison de l’architecture Occitanie-Pyrénées en collaboration avec l’Ordre des Architectes Occitanie et la Maison de l’architecture Occitanie-Méditerranée. Ce concours a ainsi pour objectif de valoriser la création architecturale contemporaine de qualité de notre région et la diversité des projets construits. 

Cette journée dédiée à l’architecture se clôturera par la prestation de serment des jeunes inscrits à l’Ordre des architectes Occitanie. 

Pour vous inscrire aux Rendez-vous de l’Architecture d’Hiver, cliquez ici. Partenaire des RVA, Kansei TV sera présent tout au long de la journée.

Rendez-vous de l’Architecture d’Hiver 2021

Le 25 novembre à partir de 9 h

Espace Vanel

Médiathèque – Dernier étage Arche Marengo

1, allée Jacques Chaban-Delmas

31500 Toulouse

Le Prix national de la construction bois 2021 dévoilé

Comme chaque année, le concours du Prix national de la construction bois 2021 est ouvert aux architectes, maîtres d’œuvre, constructeurs et maîtres d’ouvrage « désirant proposer une ou plusieurs de leurs réalisations révélant le potentiel du matériau bois dans la construction, la rénovation ou la réhabilitation ». Pour cette 10e édition, plus de 640 projets ont été déposés. Une participation qui ne fait que confirmer l’attrait pour la filière bois dans la construction architecturale contemporaine. 

Composé de professionnels de la promotion, de l’expertise et de la construction bois, le jury a été cette année encore particulièrement attentif non seulement à l’utilisation des matériaux biosourcés mais aussi à la performance énergétique et environnementale des bâtiments en compétition. « Avec la finalisation de la RE 2020, tous les acteurs de la construction et de l’aménagement sont confrontés à un enjeu majeur : concevoir et démontrer la viabilité de bâtiments et aménagements publics et privés de plus en plus vertueux. »

Cinq prix décernés

Lauréat catégorie Aménagement intérieur ou extérieur 

Bazaar Saint-So – Lille (59) 

Béal & Blanckaert Architectes

L’agence lilloise d’Antoine Béal et de Ludovic Blanckaert remporte le premier prix de la catégorie Aménagement intérieur ou extérieur avec leur projet Bazaar Saint-So. Une ancienne Halle de gare réhabilitée en espace de tiers-lieu dédié à l’économie créative. Contemporain dans son programme et son architecture, le Bazaar Saint-So respecte et révèle l’esprit industriel du lieu, magnifié par l’ajout d’une architecture rapportée chaleureuse en utilisant largement le bois. Omniprésent dans le projet, le bois est ainsi utilisé pour les menuiseries extérieures et pour les aménagements intérieurs de second œuvre (planchers, mezzanines, doublages et cloisons) mais aussi pour le mobiler. 

Lauréat ex-æquo catégorie Équipement / Tertiaire / Logement collectif

14 logements sociaux en cœur d’îlot – Paris (75)

Mars Architectes

L’ambition du projet de l’agence parisienne Mars Architectes est d’imaginer une stratégie d’intervention vertueuse, basée sur la préfabrication bois, permettant d’atteindre des zones urbaines jugées inconstructibles. Enclavé en cœur d’îlot, dans le XIIe arrondissement de Paris, le projet accorde un grand soin au « rentrer chez soi ». Desservis par coursives, cette stratégie de distribution permet aux appartements d’offrir un plan traversant permettant un ventilation naturelle simple. Orientés est/ouest, les appartements valorisent l’éclairage naturel. La notion de bien-être en cœur d’îlot est favorisée par la création d’un jardin peuplé d’espèces endémiques s’inspirant de sous-bois.

Le projet répond à une grande exigence de l’approche environnementale. Il est labélisé HQE NF Habitat au niveau excellent, Biosourcé niveau 3, Biodiver-city et Plan climat de la ville de Paris. 

Lauréat ex-æquo catégorie Équipement / Tertiaire / Logement collectif

Atelier Charpentier et Bureaux – Requeil (72)

Atelier Nao. 

Les seconds lauréats de la catégorie Équipement / Tertiaire / Logement collectif sont l’Atelier Nao (Grenoble) pour la réalisation d’un ensemble d’ateliers charpentiers et de bureaux à Requeil, dans la Sarthe. Le bâtiment a été construit à partir de bois massif permettant la réalisation de grandes portées (21 et 28 m), de fibre de bois, d’ouate de cellulose et de billes d’argile. Des choix constructifs qui ont valu au projet l’obtention du label Bâtiment bas carbone, niveau performance. La structure imaginée par modules facilite l’éclairage naturel, d’un côté par les façades nord et sud, mais aussi par les sheds orientés au nord. 

Lauréat catégorie Maison individuelle

Maison Erquy – Erquy (22)

Bodenez et Le Gal La Salle Architectes

La maison individuelle lauréate du Prix national de la construction bois 2021 est signée par l’agence rennaise Bodenez et Le Gal La Salle Architectes. Il s’agit de l’extension d’un pavillon de vacances situé en bord de mer face au Cap d’Erquy, dans les Côtes d’Armor. Le projet crée un doublon : une maison jumelle reliée. Dupliquant la maison existante sous le simple couvert d’un plissé de toiture, l’extension proposée fait corps avec la maison initiale. La nouvelle maison est installée de plain-pied avec l’ancienne, profitant de la pente du terrain pour installer en dessous un grand espace garage et stockage. Les matériaux de construction sont principalement le bois et le pisé. L’ensemble est bardé en châtaigner naturel à claire voie formant une maison unique.

Lauréat Coup de cœur du jury

Construction d’une halle et aménagement du parc touristique et de loisirs des Fenottes – Ancy-sur-Moselle (57)

Christophe Aubertin (collectif StudioLada)

Le coup de cœur du jury du Prix national de la construction bois 2021 a été décerné à Christophe Aubertin (Nancy) pour la construction d’une halle et de l’aménagement du parc touristique et de loisirs des Fenottes, en Moselle. Le bâtiment est composé de neuf travées de 4 m qui reposent sur vingt massifs en béton d’une profondeur d’1,50 m. L’espace dédié aux activités culturelles, sportives et commerciales s’étend sur 800 m2 de structure en douglas lamellé-collé. Le sol est une grande dalle de béton lisse, permettant la polyvalence des activités de la halle. 

Réalisé par : La Collab