Yvonne Farrell et Shelley McNamara, architectes de la TSE, lauréates du prix Pritzker 2020

4
Actualité / Architecture / Récents /
Yvonne Farell et Shelley McNamara, GRAFTON, lauréates du prix Pritzker 2020, Kansei TV

Yvonne Farell et Shelley McNamara, cofondatrices de l’agence irlandaise Grafton Architects, lauréates du prix Pritzker 2020 qui récompense pour la première fois deux femmes associées. © Alice Clancy.

Leur agence s’appelle Grafton Architects, à Dublin. Associées depuis 1978, Yvonne Farrell (69 ans) et Shelley McNamara (68 ans) sont les lauréates du prix Pritzker 2020 qui récompense pour la première fois un duo de femmes. Avant elles, elles n’étaient en effet que trois, sur quarante-six lauréats, à avoir reçu la prestigieuse distinction communément qualifiée de Nobel de l’architecture. L’Anglo-irakienne Zaha Hadid, qui avait obtenu seule le prix en 2004, la Japonaise Kazuyo Sejima (2010) et la Catalane Carme Pigem (2017), toutes deux distinguées en même temps que leurs associés. Le duo irlandais Farrel McNamara succède au Japonais Arata Isozaki couronné l’an dernier.

L’un de leurs derniers projets : la TSE

En récompensant Yvonne Farrell et Shelley McNamara, le jury du prix Pritzker 2020 a salué leur « sensibilité à l’environnement et leur capacité à être cosmopolites tout en respectant l’unicité de chaque lieu dans lequel elles travaillent ». Si l’Irlande reste leur terre de prédilection, “les Graftons”, comme on les appelle parfois, construisent aussi à l’étranger. On leur doit notamment des universités à Milan, en Italie (2008), à Lima, au Pérou (2015) ou encore le campus de l’Institut Mines-Télécom de Paris-Saclay (2019). Des bâtiments qui s’imprègnent toujours de « l’esprit des lieux ».

La Toulouse School of Economics , Kansei TV, GRAFTON

La Toulouse School of Economics (TSE), achevée en 2019. Une citadelle de briques roses au cœur de la ville. © Eiffage Construction.

Un talent que l’on retrouve également dans l’un de leurs tout derniers projets : la Toulouse School of Economics (TSE) qui vient d’ouvrir ses portes à deux mille étudiants. Surplombant la ville du haut de ses vingt-quatre mètres, le nouveau bâtiment de la  Toulouse School of Economics comportera trois ailes et trois pignons aveugles. C’est un clin d’œil à l’architecture courante des églises de Toulouse.  La présence d’une cour au centre de l’ensemble rappelle les hôtels d’époque entre briques roses (300 000 briques) et béton (12 000 m3 de béton et jusqu’à 500 compagnons mobilisé). Philipe O’Sullivan, le dirigeant du projet de construction, se plait à décrire la TSE comme un endroit bien aéré et prestigieux. TSE reprend certains codes intimement liés à la Ville rose. Une intégration parfaitement réussie au cœur du quartier historique Saint-Pierre, entre la Garonne et le canal de Brienne.

Véritable coup de cœur, Kansei TV aura le plaisir de vous faire découvrir très prochainement la vidéo des coulisses de ce nouveau bâtiment emblématique de Toulouse.

La Toulouse School of Economics, Kansei TV, GRAFTON

© Isabelle Attia.

La Toulouse School of Economics GRAFTON

© Dennis Gilbert.

Commentaires

  1. N’oublions pas les bétons architectoniques gris réalisés , ils sont magnifiques et contemporain pour l’effet de masse recherché des architectes !
    Un gros travail de laboratoire réalisé de formulation des bétons spécifiques mis en oeuvre avec une forte implication des équipes qualité béton CEMEX
    Bravo un bâtiment effectivement référence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réalisé par : La Collab