inauguration du MIN réalisé par l’agence AR-QUO

0
Architecture /

Jean-Luc Moudenc, accompagné de Martin Malvy président de région Midi-Pyrénées et de Jean-Jacques Bolzan, président du marché d’intérêt national (MIN), inaugurait hier une nouvelle halle aux fleurs et un nouveau carreau, espace dédié aux fruits et légumes, du MIN.

Un chantier aux airs de challenge, treize mois à peine ayant suffi aux architectes d’AR-QUO, Jean-Louis Jérémie et Patrice Cagnasso, pour mener à bien le projet tout en maintenant l’activité. Résultat étonnant, l’immense espace éclairé a giorno tient plus du musée d’art contemporain que du classique bâtiment industriel. Prouesse technique aussi, la matière florale ayant besoin de températures variables selon les saisons. Agencé autour d’une rue principale, chaque exploitant possède son espace propre.

Le marché toulousain est le second de l’Hexagone derrière celui de Rungis. 270 000 tonnes de fruits et légumes y transitent chaque année, qui représentent le premier poste du MIN, la marée se plaçant sur la seconde marche. Avec l’avènement de la prochaine région qui intégrera le Languedoc-Roussillon, Toulouse deviendra logiquement le pôle agroalimentaire du sud-ouest. Signe des temps, le bio fera son apparition dès le mois de février. Une priorité pour les responsables qui entendent bien dans un proche avenir faire la part belle aux producteurs locaux.

Bijou de technologie, cet espace, équipé pour la fibre optique, est recouvert d’un béton innovant facilitant le nettoyage et l’entretien. Cerise sur le gâteau, dans un quartier où l’esthétisme n’est pas toujours une priorité, une «façade signal», selon ses créateurs, est visible par tous depuis l’avenue. La partie basse du bâtiment, dans les tons de gris, est constellée de termes floraux gravés à même le revêtement. La partie supérieure, en matière translucide, reflète de manière aléatoire la lumière dès le coucher du soleil. Inauguré en 1964, le MIN est en phase avec l’époque, privilégiant gestion des déchets, tri sélectif, récupération et réutilisation des eaux pluviales pour l’arrosage et le nettoyage. Une démarche de développement durable.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Réalisé par : La Collab