Georges Rousse habille le Pont Saint-Pierre de Toulouse

5
Actualité / Récents /

À l’initiative du Centre d’art nomade et de la mairie de Toulouse, l’art s’invite sur le Pont Saint-Pierre de la Ville rose avec une œuvre signée Georges Rousse. Après avoir marqué le parvis d’entrée du MEETT avec une œuvre conçue en dialogue avec l’impressionnant bâtiment de Rem Koolhaas, Georges Rousse utilise ici le paysage urbain patrimonial comme décor. Cette œuvre éphémère, visible depuis la rive droite de la Garonne jusqu’au 21 mars, s’impose sur la première pile du Pont Saint-Pierre. 

Deux cercles couleur de l’incandescence et de la lumière

L'œuvre de Georges Rousse au Pont Saint-Pierre de Toulouse, Kansei TV
L’œuvre de Georges Rousse sur le Pont Saint-Pierre n’est visible que d’un point de vue précis : sur le côté gauche du pont, en haut des marches, près de la rampe. © Kansei TV.

Elle est composée de deux cercles entrelacés l’un au-dessus de l’autre. Un premier cercle de métal rouge, « couleur de l’incandescence », de 5,5 mètres de diamètre. Traversé de lattes, ce disque laisse entrevoir par transparence la formation d’un deuxième cercle peint en jaune, « couleur de la lumière », sur différents piliers du pont. L’œuvre en trompe-l’œil imaginée par le photographe-plasticien dialoguera ainsi avec le pont mais aussi avec le drapeau occitan dont elle partage les couleurs. « Par leur forme, celle de la roue, du mouvement, les cercles vont interférer avec le pont et lui donner une énergie. Le point de vue de l’anamorphose rejoint celui du photographe. » Pour la mairie, « il s’agit d’investir un lieu atypique et emblématique de Toulouse. De donner du sens et attirer l’œil sur ce quartier qui accueillera à l’avenir la cité des arts sur le site de la Grave. »

Georges Rousse, un artiste de renommée internationale

Artiste parisien, Georges Rousse est photographe-plasticien. Son œuvre s’impose dans l’art contemporain dès les années 80. Parallèlement à l’émergence du Land Art, il choisit d’intervenir dans le champ de l’appareil photographique en établissant une relation inédite de la peinture à l’espace. Peignant ou dessinant ses formes dans un bâtiment ou un paysage urbain, les volumes et architectures qu’il y construit semblent éclatés, désagrégés, sur les différents plans spatiaux qu’il organise et met en scène dans le but ultime de créer une image. L’image finale se construit à partir du point de vue de son appareil photographique par des effets de perspective, d’anamorphoses et de trompe-l’œil.

Sur le parvis du MEETT à Toulouse.

Georges Rousse expose et intervient dans le monde entier. Il a participé à de nombreuses biennales (Paris, Venise, Sidney…) et reçu des prix prestigieux. Il est aujourd’hui représenté par plusieurs galeries européennes et ses œuvres font partie de collections majeures. 

Découvrez ICI l’univers artistique de Georges Rousse. 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réalisé par : La Collab