Algal : le premier arbre à algues planté à Toulouse

5
Actualité / Récents / Urbanisme /

Kansei TV l’annonçait à l’occasion du cinquième Forum Smart City organisé à Toulouse le 13 décembre 2019. Nous y avions rencontré Vinh Ly, le cofondateur et président de Kyanos Biotechnologiesentreprise spécialisée dans la production de micro-algues pour lutter contre la pollution et le réchauffement climatique. Créée en 2016, la start-up toulousaine expérimente pour la première fois dans la Ville rose son arbre à algues. Baptisé Algal, cet arbre d’un nouveau genre trône aujourd’hui au milieu des ramblas-jardins des allées Jean Jaurès. L’une des avenues les plus denses en matière de circulation automobile dans le centre-ville. Après la canopée urbaine installée à l’été 2019 dans le quartier Saint-Cyprien, Toulouse poursuit ainsi ses expérimentations alliant écologie et innovation. 

Un véritable filtre à air pour purifier l’atmosphère

Vinh Ly, fondateur de Kyanos Biotechnologies, Kansei TV
Vinh Ly, cofondateur et président de la start-up toulousaine Kyanos Biotechnologies.

Et l’innovation est de taille. Du haut de ses cinq mètres, l’arbre à algues Algal est « un épurateur d’air de nouvelle génération ». Grâce à un système de pompage, l’air ambiant est aspiré par le bas. Il remonte à travers une cuve cylindrique où nagent des micro-algues. Ces dernières se nourrissent du CO2 de l’air ambiant. Elles absorbent ainsi les polluants présents dans l’atmosphère (les oxydes d’azote et les particules fines) et rejettent de l’oxygène. Lorsque les micro-algues sont devenues trop grandes, elles sont récupérées comme engrais. Et remplacées par de nouvelles micro-algues.

Un projet expérimental ambitieux pour la ville de Toulouse

Objectif : traiter et purifier 200 000 m3 d’air par an. L’équivalent de séquestration carbone d’une centaine d’arbres ou des émissions d’une voiture parcourant 10 000 kilomètres (une tonne de CO2). Pour confirmer l’efficacité de ce projet expérimental des capteurs atmosphériques et un panneau solaire seront intégrés au prototype. L’expérimentation durera jusqu’au printemps 2021. Si le bilan est concluant, d’autres arbres à algues pourraient fleurir dans les quartiers de Toulouse pour une ville de demain plus intelligente et plus durable. 

Commentaires

  1. mona dit :

    superbe initiative, à étendre dans d’autres lieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réalisé par : La Collab