Laissez-vous emporter par l’art dans les transports en commun

0
Récents /

Avez-vous déjà remarqué les messages d’amour diffusés sur les écrans numériques de la station de métro Jeanne d’Arc ? Les panneaux lumineux rappelant le lever et le coucher du soleil à l’arrêt Compans Caffarelli ? Si ce n’est pas le cas, levez les yeux dans les transports en commun, l’art est présent partout.

Au lancement de la ligne A du métro toulousain en 1993, Tisséo Collectivités a décidé d’inclure l’art dans les transports en commun.
Au total, 48 œuvres sont réparties sur les lignes du métro et du tramway. L’objectif : “s’extraire un instant, du quotidien pour se laisser emporter par le propos de l’artiste”.
Depuis 2015, Tisséo s’est engagé dans la rénovation et la maintenance de son patrimoine artistique. Ainsi, 27 œuvres sur les lignes A et B du métro seront restaurées d’ici 2019. Considérées par Tisséo, comme une “véritable collection publique d’art pérenne dans la ville”, le budget accordé à ces rénovations s’élève à 1 000 000€.

Des œuvres d’art à redécouvrir

Mises en place en 2007, quatre des vingt œuvres de la ligne B ont retrouvé une seconde jeunesse :

● L’oeuvre sans titre d’Ange Leccia, un artiste corse se trouve à l’arrêt Compans Caffarelli. Il se compose de deux panneaux de lumière artificielle dynamique en fibre optique tissées. Ses couleurs changeantes “rappellent la lumière naturelle des couchers et levers de soleil contractant l’univers souterrain et urbain du métro”. Sa remise en état a nécessité “la dépose, la restauration et le remontage des deux panneaux lumineux”. Le “programme de gestion de la lumière” a également été rétabli.

Art métro Toulouse station Carmes

Oeuvre de Jean-Paul Marcheschi, station des Carmes.©Tisséo

● Aux Carmes, c’est “La voie lactée” de Jean-Paul Marcheschi, qui selon Sylvie Veyrac a exigé “le plus d’argent, c’est à dire un tiers du budget réservé à la rénovation du patrimoine artistique de Tisséo”. Cette photographie (qui signifie littéralement, écrire avec la lumière) s’inspire du poème “La nuit obscure” de Jean de la Croix, membre de l’ordre des Carmes. “Des lignes de vie et de passerelles d’accès à l’arrière de la voûte support de l’oeuvre” ont été créées, et le dispositif de diffusion de la lumière a été amélioré. Le “rétro éclairage et le programme de gestion de la lumière de la voûte” a également été remis en état.

● L’arbre présent à la station François Verdier, est la confection d’un artiste belge, Patrick Corillon. Appelé le Mallandier, son histoire imaginaire est gravée sur le tronc. Dans ses branchages sont inscrits des noms de bataille sur lesquels ils auraient été trouvés. Le ponçage, la peinture du banc et le nettoyage en conservation de la plaque au dessus de l’assise ont été restaurés.

Art métro Toulouse François Verdier

Oeuvre de Patrick Corillon, station François Verdier.©Tisséo

 

● Les écrans numériques de Jeanne d’Arc, diffusant des messages d’amour ont été remis en place.
Cette oeuvre sans nom a été imaginée par Sophie Calle, artiste parisienne. Elle a nécessité “la remise à plat, la reprise complète du système informatique interactif, ainsi que le remplacement du matériel“.
S’inspirant directement de la rubrique “transports amoureux” publiée dans le journal Libération dans les années 1970, les règles du jeu sont simples : “Vous croisez régulièrement un inconnu et vous n’osez jamais lui parler… alors laissez un message sur ce site : http://www.transport-amoureux.vu/” Les messages sont ensuite diffusés sur les écrans présents dans la station.

Art métro Toulouse station Jeanne d'Arc

Oeuvre de Sophie Calle, station Jeanne d’Arc.©Tisséo

Une application pour s’éveiller à l’art

Disponible dès maintenant sur Google Play et début juin 2018 sur IOS, Tisséo vient de créer ARTéo. Cette application mobile met à disposition un plan interactif, qui offre un aperçu des œuvres présentent dans le métro ou sur les lignes du tramway. Les toulousains pourront accéder à une fiche composée de photos et d’explications sur l’artiste et son oeuvre. Elle propose aussi des “parcours ludiques et interactifs en se laissant guider dans des visites par GPS”.
Au total 38 œuvres se trouvent dans chaque station de métro, et 10 sur les lignes de tramway.

Samedi 19 mai, à l’occasion de la nuit européenne des musées, Tisséo Collectivités vous invite à vous inscrire pour découvrir les œuvres d’art du métro toulousain. Ces visites guidées gratuites seront assurées par l’Office de Tourisme de Toulouse.

Pour vous inscrire, rendez-vous sur: http://tisseo-collectivites.fr/evenements/nuit-europeenne-des-musees

Crédits photo :  Oeuvre d’Ange Leccia, station Compans Caffarelli. © Tisséo.

 

Pauline Vilchez. 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réalisé par : La Collab